Mourir de haine: LGBT du Brésil


Au Brésil, une personne issue de la communauté LGBT meurt toutes les 16h en moyenne. Entre 2011 et 2018, l’ONG Grupo Gay de Bahia (GGB) a recensé 4422 morts liées à l’homophobie et la transphobie. La campagne de Jair Bolsonaro, candidat ouvertement homophobe, raciste et misogyne, a renforcé les discours de haine et légitimé les passages à l’acte. Suite à son élection à la présidence de la République en octobre 2018, des milliers de Brésilien·ne·s gays ou transgenres, cibles de menaces de mort et victimes d’agressions, ont fui à l’étranger. Langue et culture obligent, beaucoup ont choisi le Portugal.